" La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent ! "

Albert Einstein
comment gérer ses émotions, comment ne plus avoir de stress, comment être en confiance, pourquoi ais-je peur, pourquoi je ne suis pas en confiance, formation confiance, formation leadership, formation santé

Être à l’écoute de ses émotions : une prise de distance nécessaire pour un leadership optimal

Les émotions sont un allié précieux : elles nous permettent de nous adapter à notre environnement.

Comment être à l’écoute de ses émotions ?

comment gérer ses émotions, comment ne pas avoir peur, quel régulation émotionnelle, comment développer son intelligence émotionnelle

Il faut en finir avec l’image d’Epinal qui veut que les émotions sont « persona non grata » dans le monde de l’entreprise.

Car, bien au contraire, c’est grâce à elles que les managers et les collaborateurs parviennent à saisir de nouvelles opportunités, à trouver des solutions.

Bref, à réagir aux différentes situations qui se présentent à eux.

Cependant, gare à ne pas se laisser submerger !

Il est nécessaire de prendre du recul et de les analyser afin qu’elles nourrissent de manière féconde la vie de l’entreprise.

Les émotions : des atouts insoupçonnés

Personne ne regrette le temps des dirigeants au regard fermé et des collaborateurs robotiques aux visages figés par l’absence d’expression.

Si un environnement glacial ne permet pas de s’épanouir au sein de l’entreprise, il est aussi contre-productif.

En effet, les dernières recherches en neurosciences ont montré que les tentatives pour évincer toute émotion dans la sphère du travail, conduisent à des surcharges émotionnelles.

Résultat : les managers et les collaborateurs se sentent submergés à cause d’un sentiment de saturation, ce qui a pour conséquence de jouer contre les performances recherchées.

Il faut donc en finir avec la stratégie de l’évitement.

Faire face à ses émotions et écouter celles des autres, c’est se laisser l’opportunité de comprendre et de réagir aux événements de manière adéquate.

À titre d’exemple, rien ne sert de balayer d’un revers de main l’angoisse exprimée par un collaborateur avant de prendre la parole lors d’une réunion : apprécier la réalité du trouble permet de trouver des clés, comme des exercices de respiration ou de prise de confiance en soi, pour surmonter l’obstacle.

D’ailleurs, une étude prouve que les individus qui se préoccupent de leurs émotions sur leur lieu de travail se considèrent plus heureux que ceux qui se disent indifférents.

Et cela a une importance décisive pour la performance des équipes : celles et ceux qui ont une attitude positive, enjouée et chaleureuse sont des vecteurs de cohésion et de dynamisme.

Les émotions ne doivent plus être considérées comme des ennemis nuisibles à la performance en entreprise.

Il faut cependant savoir les appréhender et les gérer pour qu’elles ne prennent pas le contrôle : il ne s’agit pas de les subir, mais d’agir en connaissance de cause.

comment gérer ses émotions, comment ne pas avoir peur, quel régulation émotionnelle, comment développer son intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle : une compétence essentielle pour les managers et les dirigeants

L’objectif de tout manager est d’accompagner le déploiement des énergies des différents collaborateurs. Comprendre les personnes avec qui il travaille est donc fondamental, développer son intelligence émotionnelle est essentiel.

L’intelligence émotionnelle, c’est la capacité de reconnaître, comprendre et maîtriser ses propres émotions et de composer avec les émotions des autres. Tout comme l’intelligence logique ou pratique, elle s’acquiert et se développe au prix d’un certain effort.

Mais à la clé, c’est la promesse d’être un leader sur lequel les équipes peuvent compter dans chaque situation, même de crise.

comment gérer ses émotions, comment ne pas avoir peur, quel régulation émotionnelle, comment développer son intelligence émotionnelle

Apprendre comment on fonctionne, se livrer à une introspection, est une étape cruciale pour analyser ses émotions en position d’observateur, et non en qualité d’individu en proie à tel ou tel affect.

Prendre de la distance avec soi, c’est se donner les moyens de ne pas se laisser déborder par les contingences immédiates.

La qualité primordiale du manager est de garder la tête froide. Cela ne signifie pas qu’il dénie toute réalité émotionnelle mais, bien au contraire, qu’il accueille avec sérénité, vigilance et bienveillance, grâce à un certain recul sur soi, les émotions qui le traversent.

C’est à cette condition, par jeu empathique et de comparaison, que les dirigeants sont en capacité d’écouter et de cerner les diverses énergies de leurs collaborateurs.

Une écoute  active n’est possible que si l’on comprend en amont combien, pour soi-même, les émotions modèlent ou impactent nos actions et nos comportements.  

Assurer un leadership performant

L’intelligence émotionnelle est donc une qualité que les leaders doivent développer afin d’assurer leur rôle au sein de l’entreprise.

Prêter attention à ses émotions sur son lieu de travail, c’est éviter de foncer tête baissée et d’être aveuglé par ses affects : une vertu précieuse  pour tout dirigeant soucieux d’inspirer confiance à ses collaborateurs.

La position de leader demeure la pierre angulaire de la réussite, dans l’entreprise, sa famille ou son équipe. Notre capacité à faire travailler les gens d’une façon qui soit performante conduira la synergie de groupe vers la réalisation d’un objectif commun.

On ne naît pas leader, on le devient !

PuissanceZ – Présente

Pierre-Arnaud Sy

MASTERCLASS

Se transformer pour transformer son entreprise